oct 31

On peut séduire de multiples façons.

On peut soulever l’intérêt, voire l’enthousiasme, susciter le doute, créer le désir sans pour autant convaincre.
On peut ainsi être choisi par défaut, faute de combattants  (ou excès !) crédibles.

Mais la plupart du temps, ceux qui choisissent cette voie, qui suppose talent et opportunisme, bénéficient d’un minimum de notoriété, voire d’un brin de réputation de la fonction convoitée.

Dans la vie artistique, l’explosion d’un talent et sa reconnaissance publique est aussi fréquente que la descente aux enfers qui la suit. Les medias « chauds » ne font aucun cadeau. Leur appétit d’ogre veut de la chaire fraiche pour un public infidèle à ses idoles.

Dans la vie quotidienne, ces mêmes medias – accessibles à tous – peuvent donner l’illusion de nous sortir de l’anonymat, un moment. La plupart y cèdent pour « rester dans le coup » ; sans conviction.

Dans la vie politique, reflet d’une société impatiente et crédule, on confie désormais son destin à de nouveaux venus dans ce monde de grands carnassiers. La jeunesse ou l’inexpérience devient avantage et les nouveaux venus n’ont pas les casseroles traditionnelles des vieux routiers. Tant mieux, sans doute.

Faute de réputation dans l’exercice du pouvoir, il y a urgence pour le public – et leurs adversaires – à les « classer », les mettre dans un « ghetto » de perception dont il sera bien difficile de sortir.

Certain affiche une pensée « complexe ». Il faudra simplifier. Alors ce sera plus commode de le brocarder comme président des « riches » alors qu’il ne fait que tenter de recoller notre fiscalité à celle de pays « mieux portants ».

Tel autre, habile bonimenteur, richissime après de multiples faillites, roi des démagogues, qui affirme au quotidien la toute puissance de son pays, flattant les uns et promettant aux autres l’intenable, échappe à tout qualificatif. Alors, il sera le président « imprévisible »…et sa pathétique réputation se bâtit ainsi.

A la fin de leurs mandats, ils auront ainsi – a posteriori – une réputation de Président.

Au lieu de se fonder sur un passé (avec le succès que l’on sait pour nos derniers présidents qui promettaient tant !), les électeurs font désormais des paris. Sur l’intelligence dans un cas, le populisme dans l’autre.

Imputer ce changement aux nouveaux medias serait inexact car il y a bien des « heures de vérité » dans les débats qui opposent les candidats. Il y a des moments de révélation des insuffisances, des personnalités, des faux talents…

Etre un bon acteur ne suffit pas mais peut largement aider des personnages aux accents de télé-évangélistes, vendeurs de rêve.

Etre volontariste, surfer sur le mécontentement naturel ou les peurs des électeurs, ne suffit pas à compenser une évidente incompétence.

Sans oublier que pour être l’ « élu », il faut aussi être là au bon moment, exploiter les erreurs de ses concurrents et un peu de chance !

Pour la réputation, tant pis, on verra plus tard.

Pino chagrin