avr 24

Il ne suffit pas de se bâtir un patrimoine réputation, un capital sur lequel on pourrait tirer au fur et à mesure des besoins ou des mésaventures.

Plus solide qu’on ne le croit, la réputation, notamment celle des hommes publics, est fragile. D’autant plus fragile qu’on l’a construite sur le respect de valeurs partagées.

Il faut la nourrir par des actes et non de simples déclarations.

L’écueil principal avec une « bonne » réputation réside dans les exigences du comportement.

L’homme public devient l’obligé de sa réputation dans sa vie privée !

Après tout, il l’a bien cherché, lui qui, pour quelques suffrages, a entrouvert la porte de sa maison.

Avoir une réputation sulfureuse, ne crée pas les mêmes obligations.

La révélation d’un tourment ne suscite pas la surprise et affecte peu la réputation. Souvent même, elle l’a conforte.

Lorsque la réputation des uns est ternie et que le doute s’installe, que celle des autres est cantonnée dans une idéologie, il ne reste plus qu’à se tourner vers la nouveauté ou le plus offrant.

Ainsi en va t’il des élections présidentielles ?

Un premier tour qui voit la défaite d’un candidat favori à la réputation soudain écornée et celle de ceux qui promettaient la lune.

Un second tour ou le jeune favori fait tout pour ne pas emprunter la réputation de ceux qui le rejoignent par conviction ou intérêt.

Face à des électeurs déçus par les professionnels de la politique, il ne veut pas devenir prisonnier d’une réputation à crédit.

Moderne, il préfère l’image à la réputation.

Un pari !

Pino, attentif

Répondre