juin 07

Une juxtaposition d’images sympathiques, avec ces quelques mots un brin méprisants, l’ex Ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, explique le succès de la communication d’Emmanuel Macron.

Bien vu, mais au travers de ce raccourci ironique, l’éphémère Premier Ministre oublie que l’essentiel n’est pas dans la médiatisation ou les réseaux.

Ceux-ci multiplient, amplifient le message et accélèrent la diffusion des images. Encore faut-il que celles-ci produisent un écho, qu’elles entrent en résonance avec des attentes dont le citoyen est porteur ? Pour cela, il faut non pas juxtaposer ou additionner mais ordonner ces images dans un scénario qui parle à son public.

On comprend la jalousie d’un ministre au talent réel mais limité au rôle de « premier flic de France », qui s’est progressivement enfermé dans une réputation de croque-mort. Réputation qu’habilement le nouveau Président loue à bon compte et à durée limitée.

A propos de réputation, on ne peut que s’étonner de la rapidité avec laquelle, Emmanuel Macron, s’est bâti une réputation de Président de la République.

On a coutume d’écrire que pour bâtir une réputation, il faut du talent, du travail et du temps.

Peu d’exceptions existent et lorsqu’on peut les relever dans l’histoire, le talent croise des circonstances exceptionnelles.

Sans doute sommes-nous dans un cas assez proche ? Le peuple, fatigué des vieilles ficelles et promesses, se tourne vers l’homme plus neuf que providentiel.

S’y ajoute que pour se créer une notoriété et une image, nous ne sommes plus à l’heure de la diligence. La révolution numérique a ses bons et mauvais cotés et les nouvelles se diffusent plus vite.

S’y ajoute aussi que lorsque les journalistes s’ennuient, qu’ils prévoient une campagne bien fade, l’arrivée d’un nouveau venu, plutôt surdoué, est une aubaine !

S’y ajoute enfin que, lorsqu’on vient du diable Vauvert, il faut un peu de chance et les multiples maladresses des concurrents feront l’appoint.

Les ingrédients étaient donc là, le contexte aussi…et la « dynamique » (comme disent les sondeurs) créera le phénomène « macromania », car il faut bien qualifier – a posteriori – ce qui vous échappe et que l’on n’a su anticiper.

Mais il faut aussi convenir, que nos raisonnements (et non certitudes), y compris en matière du rôle de la réputation dans la réussite politique, demandent un sérieux rafraichissement.

On peut aussi se consoler intellectuellement en plaidant que dans la combinaison des 3T (talent-travail-temps), le vrai moteur de la réputation est le talent, ce qui n’est qu’évidence.

Soyons beaux joueurs, nous n’avons rien vu venir !

Pino amusé

Répondre